Collection
Esthétique des données
Éditions B42
Esthétique des données

La collection Esthétique des données s’adresse aux amateurs et aux spécialistes de la culture numérique. Elle se fixe pour objectif de rendre communicable les expériences et les modes de pensée associés à la fréquentation des artefacts numériques (CD-ROM, sites Internet, mondes virtuels, logiciels, bases de données, etc.) en mettant en lumière des textes rédigés ces vingt dernières années par des critiques et théoriciens de l’art et en publiant les recherches d’une nouvelle génération de chercheurs en humanités numériques. 

Collection dirigée par Nicolas Thély
Anthony Masure
Design et humanités numériques
01
2017
+

En étudiant des opérations et des systèmes techniques potentiellement ouverts à la recherche, cet essai interroge le rapport du design aux « humanités numériques » (digital humanities) qui se développent, dans le contexte francophone, depuis le milieu des années 2000. En quoi les environnements numériques contemporains actualisent-ils les modes de production et de transmission des savoirs ? Quelle est la place des designers dans des projets relevant des sciences humaines et sociales ? De la modélisation des connaissances à l’injonction à l’innovation et à la créativité, du design d’expérience aux conditionnements techniques, de l’étude de la rationalité numérique aux reconfigurations de la subjectivité, ce parcours réflexif montre que l’industrie des programmes, chaque jour un peu plus puissante, n’a pas épuisé tout le champ des possibles. En interrogeant et en révélant l’environnement technique dans lequel les humanités numériques opèrent, le travail des techniques numériques par le design montre ainsi qu’il reste de la place pour d’autres modulations, d’autres sensibilités, d’autres cultures. 

Gilles Rouffineau
Éditions off-line
02
à paraître
+

Cet essai constitue le premier volume dédié à l’élaboration d’un projet critique des publications numériques portant sur les éditions de CD-ROM d’auteur des années 1990. S’appuyant sur des schémas qui présentent des parcours, l’architecture des programmes, ou bien une contextualisation socio-technique de l’époque, Gilles Rouffineau propose des analyses très précises d’objets éditoriaux qui ont marqué la décennie et qui sont aujourd’hui difficilement consultables. Reprise d’un texte initialement rédigé en 2006 cet essai pose la question d’un désir de transmission des données, du partage d’expériences contrarié par l’obsolescence technique et l’incertitude de positionnement de ces objets culturels.